©Gilles Mazzufferi

Vers le ciel. 2009

Vers le ciel, loin d'un urbanisme, qui trouble nos rêves d'enfant.

Des lieux industriels oubliés, désertifiés, en chantiers.
Des structures d'aménagement qui avec le temps deviennent des lieux d'usage, d'habitudes, des enclaves laissées à leurs désuétudes.

Un enfant, un avion de papier, un geste pour exprimer le jeu, l'évasion, la liberté… Celle d'imaginer un espace au-delà des murs.

Ces deux contextes - à priori inconciliable - représente l'exquise d'une topique ;
un espace ouvert à deux instances du fonctionnement psychique.
Cette rencontre ne dissipe pas le temps entre l'enfance et l'âge adultes, mais nous ramène à un point de convergence : la mémoire.

Les rêves, l'imagination, la spontanéité et l'insouciance de l'enfance viennent habiter ces zones urbaines le temps de quelques secondes pour inciter le spectateur à se replonger jusqu'aux racines de ses souvenirs, de ses désirs… Qui probablement aujourd'hui sont des rêves envolés ou volés !

http://www.gilles-mazzufferi.com/files/gimgs/th-7_pont-de-bondy-OK.jpg
http://www.gilles-mazzufferi.com/files/gimgs/th-7_Citiwidebis.jpg
http://www.gilles-mazzufferi.com/files/gimgs/th-7_vers-le-ciel10.jpg
http://www.gilles-mazzufferi.com/files/gimgs/th-7_Queens-vers-le-ciel-ok.jpg